Guest Post: Bilingual my butt / Bilingue mes fesses

DzPa_UjWkAAr8TK

Barbara Ravel (@BarbaraRavel1), PhD, is an Associate Professor in the School of Human Kinetics at Laurentian University. Her research focuses on gender and sexuality issues in sport. She’s a former hockey player and represented France on the international stage in the late 1990s. She once shared the ice with Jayna Hefford, Vicky Sunohara, and the rest of the Brampton Thunder and lived to tell the tale.

Barbara Ravel, PhD, est professeure agrégée à l’École des sciences de l’activité physique de l’Université Laurentienne. Sa recherche porte sur les questions de genre et sexualité en sport. Elle est une ancienne joueuse de hockey et a fait partie de l’Équipe de France à la fin des années 1990. Elle a aussi joué une partie contre Jayna Hefford, Vicky Sunohara et le Thunder de Brampton et a survécu à cette expérience.

French version follows below.

The first time I saw women’s hockey on tv was for the 1998 Olympic Games in Nagano. At the time I was living in Lyon, France’s third largest city, where I studied and played hockey on one of the best women’s teams in the country. I moved to Montréal six months later and never regretted it. As a hockey player, Montréal was certainly the place to be and I enjoyed my time there immensely. As a women’s hockey fan though, neither Montréal nor the rest of Canada offered much women’s sports coverage in the media, with a few notable exceptions like the Olympic Games. That being said, after having played a marginal sport in France, it was a nice change to have access to hockey so easily every day. While this post is partly about the media coverage of women’s hockey, it’s mostly about the frustrations of being a Francophone hockey fan outside of Québec. To me, the Rivalry Series is just the most recent example of how difficult it is to watch hockey in both official languages of Canada: French and English. It highlights the inequality Francophone and Francophile individuals face with regards to our so-called “national sport” in a country where bilingualism is supposedly as Canadian as hockey.

I grew up in France and started learning English at the beginning of high school. I received excellent marks in this class year after year but had to admit that my English wasn’t as good as I thought when I tried to watch some of my favorite shows in their original version for the first time in Montréal. It must be noted that French people love their American shows dubbed into French… I was primarily there for my graduate studies in Human Kinetics at Université de Montréal but living in “Hockeyland” had its perks.

In Montréal, during the 1998-1999 season, I could choose to watch hockey in French (La Soirée du Hockey on Radio Canada) or in English (Hockey Night in Canada on CBC) and I figured that HNIC would be a great strategy to improve my English. Even if I couldn’t understand the English commentary, I would at least be able to follow the action on the ice, have fun, and maybe learn a thing or two in the process! The irony of my decision to watch hockey in English at the time is not lost on me while I’m about to complain about not having access to French commentary 20 years later…

I eventually left Montreal to live in the predominantly Anglophone city of Sudbury, Ontario, but this is not where the challenge of watching hockey in French started. I was indeed pleasantly surprised to learn that my basic tv subscription included RDS (a Bell Media channel described as: “Canada’s French-language sports broadcasting leader and Quebec’s #1 specialty network”); therefore, I could follow les Canadiens de Montréal en français, since RDS had acquired the broadcasting rights for the Habs in the meantime. It was an improvement from my subscription in Montréal where RDS wasn’t part of my subscription! I didn’t watch hockey regularly but knowing that I could watch it in French put me at ease. It was particularly nice to feel connected to Montréal and Québec while living more than 600 km away.

My problems started about a year later when, all of a sudden, RDS disappeared from my available channels. The salesperson I spoke to on the phone was adamant: I never had RDS in the first place…I guess I must have hallucinated watching the Habs win their 25th Stanley Cup. I was briefly upset but forgot about it until one day I discovered that RDS was, once again, available to me but with one important detail: I couldn’t enjoy les Canadiens anymore. For every game the team plays, I receive a notification informing me that the program is “not available in my region”.  I might have moved a couple of times, but I stayed with the same tv company and the same subscription. For some mysterious reasons, my access to that particular channel varied and was never extended to its sister channels, RDS2 and RDS Info. It is worth noting that TVA Sports eventually secured the broadcasting of the games played by les Canadiens on Saturdays. TVA Sports, which belongs to TVA, a Francophone company from Québec, is not included in my subscription either. During that time, my access to Canadian sports channels in English had increased: I now have several TSN channels, Sportsnet, and, of course, CBC which still hosts HNIC (with Sportsnet). I’ll be honest, I don’t watch HNIC often: too many Leafs games (I am a Habs fan after all). And, until recently, the presence of a certain person on Coach’s Corner deterred me from watching. I had heard what he said about Francophone players wearing visors, implying that they were not “real” hockey players (i.e., not tough enough) and that was enough for me. Such blatant disrespect for one specific group, my people in this instance, was simply unacceptable and further affirmed Francophone marginalization within Canada. For the record, I have been known to occasionally watch HNIC in Punjabi (which is broadcast nationally on basic cable via Omni TV): partly because of Courtney Szto (I’m a fan!), and partly because I get fed up listening to the same white guys talk about hockey.

35622593716_b35a377e34_o

Team Canada. Photo by Sarah A.

Fast forward to February 2020, when men’s hockey is still everywhere on my tv: NHL, World Juniors, even the Spengler Cup! What’s even better: Women’s hockey is on my television as well! As I’m writing this (Saturday February 8th), the Leafs are playing the Habs at 7:00 pm on Sportsnet/CBC and TVA Sports and we have a Canada-USA game at 10:00 pm on TSN3 and RDS2 as part of the Rivalry Series/Série de la Rivalité. While I particularly enjoy being able to watch my favorite players, Marie-Philip Poulin and Mélodie Daoust, share the ice with their favorite opponents, I was struck by the fact that women’s hockey is not frequently on tv and the Rivalry Series is only available to me in English because RDS2 is unfortunately not part of my package, while TSN3 is. No Série de la Rivalité for me. At this point, I’m used to men’s hockey in English but I’m sad and disappointed that RDS chose to “relegate” the Rivalry Series to RDS2, making it impossible for me to watch in French. The move might simply be another instance of sexism by RDS that doesn’t deem women’s hockey worthy of its main channel, even though two of the biggest stars on the Canadian team are Francophone players from Québec. Regardless of where you live in Canada, having to pay extra money to have access to hockey in French doesn’t seem fair.

Francophone hockey fans are also disadvantaged with the absence of a French version for Hockey Canada’s Road to Halifax 2020, a series of episodes about Team Canada leading up to the World Championship. The first episode was posted earlier this week on the Team Canada Women’s Twitter account. There’s a Twitter account for the team in French but it’s considerably less active and they didn’t post about the video. To add insult to injury, the first episode of Team Canada’s Road to Halifax 2020 was partly filmed in Montréal where the team had a mini-camp in the Fall and included interviews with Caroline Ouellette and Danièle Sauvageau (General Manager, women’s hockey, Université de Montréal) both speaking in English. Don’t get me wrong, their English is great. I just wished that they could have had the opportunity to speak in French. This lack of French content in women’s hockey is also noticeable in the PWHPA’s Dream Gap Tour games. In this case, the occasional broadcasts are on YouTube and the only commentary is in English, which led to some interesting moments when a few French names were horribly mispronounced (see the hilarious post about Geneviève Lacasse, aka Giovani Lochness, on this blog).

More than 20 years after my arrival in Canada, I’m proud to be able to navigate fluently in both languages but I feel that it should be my right to have access to my sport in either official language, regardless of where I live and/or without having to pay extra money. Several hockey scholars on this blog and elsewhere have questioned how inclusive our so-called “national sport” can be, regularly discriminating against women, POC, Indigenous people to name just a few, whether on the ice, in the stands, locker rooms or in the media. As a linguistic minority, I can only speak for myself, but if I have a hard time finding French coverage in Sudbury (where the population is one third Francophone), imagine how it must be elsewhere. This unequal access to hockey is, in my opinion, a shame. My 11-year-old daughter, who did a project on Marie-Philip Poulin in Grade 4, would like to watch hockey in French too and that is more problematic to me. Living in a predominantly Anglophone environment means putting extra emphasis on French as a family, specifically by speaking French at home and sending our kids to a Francophone school. However, it also means that Francophone schools welcome a large number of children who mostly, sometimes exclusively, speak English at home. As a Francophone parent, I am acutely aware of the challenges of raising French-speaking children in a context where English is everywhere: school, sport, cinema. Yet, I’m happy that they are becoming bilingual individuals. I just wish that we could share moments like the Rivalry Series in French. In an officially bilingual nation, it shouldn’t be too much to ask.

In conclusion, despite my disappointment in having to watch the game in English, I enjoyed it because the players were amazing and the Rivalry Series has completely lived up to its name. I cheered for Canada, for Poulin and Daoust in particular, and for Johnston because she is from Sudbury. I probably swore as well if the action on the ice warranted it. All that was done in French… Évidemment.

***

DzPa_UjWkAAr8TK

La première fois que j’ai vu du hockey féminin à la télévision était pour les Jeux Olympiques de Nagano en 1998. J’habitais à l’époque à Lyon, la troisième plus grande ville de France, où j’étudiais et jouais au hockey pour une des meilleures équipes du pays. J’ai déménagé à Montréal six mois plus tard et ne l’ai jamais regretté. En tant que joueuse de hockey, Montréal était certainement un endroit fantastique et j’ai adoré mon temps là-bas. En tant que fan de hockey féminin en revanche, Montréal et le reste du Canada n’offraient pas grand-chose en terme de couverture médiatique des sports féminins, à quelques exceptions près comme les Jeux Olympiques. Ceci étant dit, après avoir compétitionné dans un sport marginal en France, c’était un excellent changement que d’avoir accès à du hockey aussi aisément tous les jours. Cet article de blogue est en partie à propos de la couverture médiatique du hockey féminin mais il porte surtout sur les frustrations d’être un(e) fan de hockey francophone à l’extérieur du Québec. À mes yeux, la Série de la Rivalité est juste le dernier exemple montrant à quel point il est difficile de regarder le hockey dans les deux langues officielles du Canada : en français et en anglais. Cette série illustre, en effet, l’inégalité à laquelle les francophones et francophiles font face en ce qui concerne notre soi-disant « sport national » dans un pays où le bilinguisme est supposément aussi canadien que le hockey.

J’ai grandi en France et commencé à apprendre l’anglais au début du secondaire. J’ai toujours obtenu d’excellentes notes dans cette matière année après année mais il m’a fallu admettre que mon anglais n’était pas aussi bon que je le pensais quand j’ai essayé de regarder certaines de mes émissions favorites dans leur version originale pour la première fois à Montréal. Voyez-vous, les français aiment leur shows américains doublés en français… J’étais principalement là pour mes études en Sciences de l’activité physique à l’Université de Montréal mais être au pays du hockey avait ses avantages.

À Montréal, durant la saison 1998-1999, je pouvais choisir de regarder le hockey en français (La Soirée du Hockey sur Radio Canada) ou en anglais (Hockey Night in Canada sur CBC) et j’ai pensé que HNIC serait une excellente stratégie pour améliorer mon anglais. Même si je ne pouvais pas comprendre tous les commentaires en anglais, je pourrais au moins suivre l’action sur la glace, passer un bon moment et peut-être apprendre une chose ou deux par la même occasion ! La décision de regarder le hockey en anglais à l’époque m’apparait maintenant ironique alors que je m’apprête à me plaindre de ne pas avoir accès à des commentaires français 20 ans plus tard…

J’ai éventuellement quitté Montréal pour m’établir à Sudbury, une ville majoritairement anglophone de l’Ontario, mais ce n’est pas là que mes défis avec le hockey en français ont commencé. J’ai en effet été agréablement surprise dès le départ d’apprendre que mon abonnement de télévision de base comprenait RDS (décrite par Bell Média comme « une chaine de télévision sportive québécoise qui diffuse 24 heures par jour des événements sportifs ainsi que des nouvelles du monde du sport »). J’allais donc pouvoir suivre les Canadiens de Montréal en français, car RDS avait entre-temps acquis les droits de diffusion de l’équipe. C’était une amélioration de mon abonnement à Montréal dans lequel RDS n’était pas incluse ! Je ne regardais pas le hockey souvent mais savoir que je pouvais était rassurant. C’était particulièrement plaisant de se sentir connecté à Montréal et au Québec tout en habitant à plus de 600 km de là.

Mes problèmes ont débuté environ un an plus tard quand, tout d’un coup, RDS a disparu de mon bouquet de chaines disponibles. Le représentant à qui j’ai parlé au téléphone a été catégorique : je n’avais jamais eu RDS en premier lieu… J’imagine que j’ai halluciné voir les Canadiens remporter leur 25ème Coupe Stanley. Cela m’a perturbé quelque peu mais je l’ai vite oublié jusqu’à ce qu’un jour je découvre que RDS faisait de nouveau partie de mes chaines mais avec une nuance importante : je ne pouvais plus profiter des Canadiens. À chaque joute de l’équipe, je reçois un message m’informant que ce programme n’est « pas disponible dans ma région ». J’ai certes déménagé deux fois mais je suis restée avec le même fournisseur et le même abonnement. Pour une raison mystérieuse, mon accès à cette chaine précise a changé et n’a jamais été étendu à ses chaines parentes, RDS2 et RDS Info. Je me dois de mentionner que TVA Sports a éventuellement obtenu la retransmission des matchs des Canadiens joués les samedis. TVA Sports qui appartient à TVA, une compagnie francophone du Québec, n’est pas non plus incluse dans mon abonnement. En parallèle, mon accès à des chaines de sport canadiennes de langue anglaise a augmenté : j’ai désormais plusieurs chaines de TSN, Sportsnet, et, bien sûr, CBC qui est toujours l’hôte de Hockey Night in Canada (avec Sportsnet). Je vais être honnête, je ne regarde pas HNIC souvent : trop de matchs des Leafs de Toronto à mon goût (je suis une fan des Canadiens après tout). Et, jusqu’à récemment, la présence en onde d’une certaine personne pour l’émission Coach’s Corner me décourageait de regarder. J’avais entendu ce qu’il avait dit à propos des joueurs francophones portant une visière, insinuant qu’ils n’étaient pas de « vrais » joueurs de hockey (i.e., pas assez robustes) et c’en était assez pour moi. Un tel manque de respect pour un groupe spécifique, mon peuple en l’occurrence, était tout simplement inacceptable et ne faisait que renforcer la marginalisation des francophones au sein du Canada. Pour la petite histoire, il m’arrive occasionnellement de regarder HNIC in Punjabi (qui est retransmis nationalement sur Omni TV avec un abonnement de base) : en partie en raison de Courtney Szto (je suis une fan !), et en partie parce qu’entendre les mêmes hommes blancs parler de hockey est ennuyeux à la longue.

35622593716_b35a377e34_o

Team Canada. Photo by Sarah A.

Faisons un saut en avant jusqu’à février 2020 et le hockey masculin est encore ultra présent à la télévision : LNH, Championnat du monde junior, même la Couple Spengler ! Encore mieux, du hockey féminin est également à la télévision ! Au moment où j’écris ces mots (samedi 8 février), les Leafs jouent contre les Canadiens à 19h00 sur TVA Sports et Sportsnet/CBC et nous avons une joute Canada-USA à 22h00 dans le cadre de la Série de la Rivalité sur RDS2 et TSN3. Même si j’apprécie particulièrement être capable de voir mes joueuses favorites, Marie-Philip Poulin et Mélodie Daoust, affronter leurs adversaires préférées, j’ai été frappée par le fait que le hockey féminin n’est pas souvent à la télévision et que la Série de la Rivalité m’est seulement accessible en anglais parce que RDS2 ne fait malheureusement pas partie de mon forfait, alors que TSN3 oui. Rivalry Series pour moi uniquement. À ce point-ci, je suis habituée au hockey masculin en anglais mais je suis triste et déçue que RDS ait choisi de « reléguer » la Série de la Rivalité à RDS2, faisant en sorte que je ne pouvais pas la regarder en français. La décision est peut-être un énième exemple de sexisme de la part de RDS qui n’estime pas que le hockey féminin est digne de sa chaine principale, en dépit du fait que deux des plus grandes vedettes de l’équipe canadienne sont des québécoises francophones. Peu importe où on vit au Canada, devoir payer plus pour avoir accès au hockey en français ne me semble pas juste.

Les fans de hockey francophones sont également désavantagés avec l’absence de version française pour la série d’épisodes de Hockey Canada portant sur l’équipe canadienne féminine en prévision du Championnat du monde appelée Road to Halifax 2020. Le premier épisode a été posté plus tôt cette semaine sur le compte Twitter anglais de l’équipe (avec un lien nous dirigeant vers TSN.ca). Un compte Twitter en français existe aussi pour l’équipe mais il est considérablement moins actif et rien n’a été posté à propos du vidéo. Et le comble est que le premier épisode a été tourné en partie à Montréal où l’équipe était rassemblée pour un mini-camp cet automne et comportait des entrevues en anglais avec Caroline Ouellette et Danièle Sauvageau (Directrice Générale, Hockey féminin, Université de Montréal). Je ne suis pas en train de me plaindre de leur anglais, au contraire elles parlent très bien. J’aurais cependant souhaité qu’elles puissent avoir l’opportunité de parler en français. Ce manque de contenu médiatique français sur le hockey féminin est aussi notable avec les joutes du Dream Gap Tour de la PWHPA. Dans ce cas-là, les retransmissions sporadiques sont sur YouTube et les seuls commentaires sont alors en anglais, ce qui a causé des moments cocasses avec des noms de famille français complètement massacrés (voir l’article hilarant à propos de Geneviève Lacasse, aussi connue sous le nom de Giovani Lochness, sur ce blogue).

Plus de 20 ans après mon arrivée au Canada, je suis fière d’être capable de naviguer aisément dans les deux langues mais j’estime que cela devrait être mon droit d’avoir accès à mon sport dans n’importe laquelle des langues officielles, quel que soit mon lieu de résidence et/ou sans devoir dépenser plus d’argent. Plusieurs chercheurs sur le hockey sur ce blogue et ailleurs ont questionné à quel point notre soi-disant « sport national » était inclusif, alors qu’il discrimine régulièrement les femmes, les personnes de couleur, les peuples autochtones pour ne nommer que ceux-ci, que ce soit sur la glace, dans les gradins, les vestiaires ou les médias. En tant que minorité linguistique, je ne peux parler que pour moi-même, mais si j’ai autant de difficulté à trouver une couverture médiatique en français à Sudbury (où la population est à un tiers francophone), imaginez la situation ailleurs. Cet accès inégal au hockey est, selon moi, une honte. Ma fille de 11 ans, qui a réalisé un projet sur Marie-Philip Poulin en 4ème année, aimerait regarder le hockey en français et ça, c’est plus problématique de mon point de vue. Vivre dans un environnement majoritairement anglophone signifie mettre particulièrement l’accent sur le français en tant que famille, notamment en parlant français à la maison et en envoyant nos enfants à une école francophone. En tant que parent francophone, je suis extrêmement consciente des défis d’élever des enfants qui parlent français dans un milieu où l’anglais est partout : école, sport, cinéma… Malgré tout, je suis contente qu’ils deviennent bilingues. J’aimerais simplement pouvoir partager avec eux des moments tels que la Série de la Rivalité en français. Dans un pays officiellement bilingue, cela ne devrait pas être trop demander.

En conclusion, en dépit de ma déception d’avoir à regarder le match en anglais, je l’ai apprécié parce que les joueuses sont fantastiques et que la Série de la Rivalité a amplement mérité son nom. J’ai encouragé le Canada, Poulin et Daoust surtout, mais Johnston également parce qu’elle vient de Sudbury. J’ai probablement sacré aussi un peu si le jeu le justifiait. Tout cela a été fait en français… Of course.

 

Please read our Comments Policy (in "About" section of the blog) before commenting. Comments will be screened for approval by an Editor before being posted.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s