Misogynie 101

To read the English version click [HERE].

Quelle histoire ! Si vous ne savez pas ce qui se passe par rapport à la NWHL et Barstool, vous pouvez vous mettre à jour avec l’article de Hemal Javeri [ICI]. C’est devenu pire ce matin quand Dave Portnoy, Président de Barstool, a posté sa propre vidéo haineuse. Je ne vais reposter aucune des vidéos de Barstool ni leurs tweets parce qu’ils ont déjà pris beaucoup de place dans les médias sociaux. J’avais prévu mettre mon imperméable et juste regarder le caca tomber du ciel, ce qui explique pourquoi ce matin j’ai publié un gazouillis avec un GIF de babouin en pleine méditation. MAIS, je pense que vous avons besoin d’un cours sur la misogynie et Barstool nous a donné cette opportunité. Erika Nardini, présidente et directrice générale de Barstool, a déclaré qu’elle ne comprenait pas pourquoi les gens considèrent Barstool comme misogyne. Donc, essayons de comprendre la misogynie : ce que c’est ; qui peut y participer ; comment ça marche.

Dans le livre de Kate Manne, Down Girl: The logic of misogyny, elle fait référence à la définition de la misogynie du dictionnaire comme une « conception naïve » (traduction libre). La conception générale de la misogynie implique une haine et une hostilité dirigées vers les femmes « simplement parce qu’elles sont des femmes » (traduction libre, p. 32, italiques dans l’original). Cette définition cause beaucoup de confusion et ouvre la porte à la déflection de la part de tous les sexes. Comme Portnoy l’a proclamé dans sa vidéo, trois des plus hauts dirigeants à Barstool sont des femmes. Du coup, ni lui ni Barstool ne peuvent être misogynes. De plus, Nardini, en tant que femme, ne peut pas être misogyne parce que comment pourrait-elle s’haïr et ne pas vouloir de bonnes choses pour elle-même ? Et, selon ce raisonnement, ils sont corrects : ils ne rentreraient pas dans cette définition réductrice et « naïve » de la misogynie en raison de la supposition qu’une haine des femmes n’inclurait pas les femmes. Manne est d’avis que cette définition de la misogynie fait en sorte que son existence est rare, dissimulant son omniprésence.

Manne, en revanche, propose cette interprétation de la misogynie :

La misogynie est principalement la propriété de systèmes et environnements sociaux dans lesquels les femmes ont tendance à faire face à de l’hostilité de différentes sortes parce qu’elles sont des femmes dans un monde d’hommes (i.e., un patriarcat) qui sont tenues de ne pas être à la hauteur des standards patriarcaux (i.e., les principes de l’idéologie patriarcale qui sont pertinents dans cet environnement). En raison de ceci, les attaques misogynes vont souvent cibler les femmes de façon très sélective, plutôt que de cibler toutes les femmes de façon générale… Ce que ces hostilités doivent avoir en commun est leur explication socio-structurelle : en gros, elles doivent faire partie d’un système qui contrôle, punisse, domine, et condamne les femmes qui sont perçues comme un ennemi du patriarcat ou une menace envers lui (traduction libre, p. 33-34, caractères gras ajoutés pour insister sur l’importance). 

Manne n’écrivait pas à propos de Barstool mais je vous explique Barstool rapidement. Punition et condamnation sélectives comme moyens de protéger une marque qui repose sur l’idée que « les garçons seront toujours des garçons ». Tu es une femme qui ne peut pas supporter une blague à propos du viol ? Va te faire f*utre. Tu n’aimes pas ce que nous faisons en général ? Va te faire f*utre. Et ce « va te faire f*utre » vient avec l’influence complète de Barstool et ses suiveurs qui véhiculent ce message de différentes façons explicites et insultantes. Ceci est du harcèlement dirigé qui est encouragé par le haut de la pyramide et qui a été couvert par des médias tels que DeadspinThink Progress, et Variety. Les médias généralistes vont souvent dire que Barstool est « controversé » et tenter de se distancer d’eux et d’éviter de qualifier l’environnement toxique qu’il cultive et encourage. 

Barstool a récemment géré un fonds pour aider à soutenir les petits commerces affectés par les fermetures reliées à la Covid. Ils ont recueilli plus de 32 millions jusqu’à présent. Ce n’est pas rien. Ils utilisent ce fonds comme bouclier et défense pour dire « comment pouvons-nous être de mauvaises personnes si nous recueillons des fonds pour aider les gens ? » Eh bien, parce que les deux peuvent être vrais. Barstool peut être misogyne et raciste ET amasser de l’argent pour des bonnes causes. Une action n’efface pas l’autre tout comme je peux donner un billet de 50$ à un sans-abri quand je marche dans la rue et ensuite pousser une dame âgée un peu plus loin (rassurez-vous, je ne le ferais pas). Cette méthode Barstool, ceci dit, serait de se retourner vers la vieille femme qui est en train de me maudire et de lui répondre : Va te faire f*utre ! Je viens juste de donner 50$ à ce gars ! Il va te dire que je suis une bonne personne.

Les deux peuvent être des représentations exactes de ma personnalité. 

Manne explique aussi que la misogynie sert à contrôler les récits, ce que Barstool peut faire avec sa grande plateforme médiatique: 

Une partie de la domination masculine, particulièrement de la part des plus privilégiés et puissants, semble de prendre contrôle du discours (et avec ça, imposer son consentement). Ce n’est pas exactement du respect : cela ressemble plutôt au but moral du gaslighting… À plusieurs égards, c’est une extension du mode opératoire général d’agents puissants et dominants : faire des déclarations qui stipulent simplement ce qui va être cru, et ensuite traiter ceci comme la version officielle des événements à l’avenir. (p. 11)

Quand les dirigeants de Barstool disent qu’ils soutiennent le hockey féminin et les femmes, c’est supposé être la fin de la discussion. S’ils disent que c’est vrai, cela doit être vrai. Aucune preuve n’est importante à ce point. Ils ont détourné la conversation en indiquant à quel point Nardini a du succès et qu’elle est elle-même une joueuse de hockey (des éléments qui ne sont pas pertinents à la discussion en cours). Le hockey féminin serait bête, selon eux, de ne pas vouloir être ami avec Nardini et Barstool. Personne ne questionne le sens des affaires de Nardini ou son amour pour le hockey. Ce que nous disons, en revanche, c’est que, de toutes les personnes du monde avec lesquelles s’associer en affaires, peut-être que Barstool n’est pas la meilleure option. De la même façon que quand Brett Kavanaugh était en lice pour un siège à la Cour suprême, la Sénatrice Diane Feinstein n’a pas remis en question ses qualifications juridiques mais a plutôt demandé si « le juge Kavanaugh devrait être promus à un des postes les plus importants de notre pays. Ce n’est pas un procès contre Dr. Ford. C’est un entretien de recrutement pour Juge Kavanaugh. Est-ce que Brett Kavanaugh est celui que nous voulons dans la plus prestigieuse cour de notre pays ? Est-il le meilleur que nous pouvons avoir ? » Donc, est-ce que Barstool et Nardini sont le mieux que le hockey féminin peut faire ? Si la réponse est oui, alors je suis inquiète pour notre manque d’imagination et de conscience morale. 

Retournons au ciblage sélectif des femmes parce que c’est là que cela devient vraiment compliqué. Manne explique que la misogynie sert à « maintenir l’ordre patriarcal », et qu’elle « l’accomplit en visitant les conséquences sociales hostiles ou adverses pour une certaine classe (plus ou moins circonscrite) de filles ou femmes pour imposer et contrôler des normes sociales qui sont genrées en théorie ou en pratique (traduction libre, p. 12). Les « Stoolies » (nom qu’ils se sont donnés) pensent qu’ils peuvent se réfugier derrière le fait que leur harcèlement n’inclut pas TOUTES les femmes, juste quelques femmes. Et, oui, des femmes participent aussi à ce harcèlement. C’est là que le hockey féminin devient une protection pour la misogynie de Barstool. J’ai écouté quelques épisodes de Spittin Chiclets dans lesquels des joueuses comme Kendall Coyne Schofield et Amanda Kessel ont été interviewées. Honnêtement, ces entrevues ne sont pas mauvaises. Les animateurs sont plus préparés que d’autres hommes qui réalisent des entrevues avec des joueuses de hockey féminin et, je crois, qu’ils respectent réellement ces femmes et veulent les voir rencontrer du succès. Le problème est que quand ils ne font pas une entrevue avec une joueuse de hockey de niveau élite, ils parlent des femmes comme des objets de conquête sexuelle. En d’autres mots, ils ciblent de façon sélective quelles femmes ils objectivent. Si vous pouvez trainer avec les gars et parler hockey, cool ! Vous faites partie de la gang. Si vous n’êtes pas une de ces femmes, voici comment les femmes entrent habituellement dans la conversation : 

Épisode 316 : Bissonnette « C’est un obsédé sexuel parce qu’il se demande probablement si nous nous sommes assis dans la même rangée que les pervers qui lancent de l’argent pour voir des nichons… Je pense que c’était la première fois que je suis allé dans un club de strip-tease, à l’âge de 16 ans… J’étais mineur donc oui, je me suis faufilé cette fois-là à la fin de l’année et je pense que c’était ma première expérience collective de nichons… J’étais juste fasciné par leur odeur. »

Manne explique que les cibles de la misogynie sont généralement « les personnes perçues comme des femmes indignes (traitres de la cause du genre), de mauvaises femmes et des ‘rebelles’ » (traduction libre, p. 51, italique dans l’original). Elle ajoute : « Les misogynes peuvent aimer leur mère (sans oublier leurs sœurs, filles, femmes, blondes, et secrétaires). Ils n’ont pas besoin d’haïr les femmes de façon universelle, ou même généralement. Ils ont tendance à détester les femmes qui sont franches entre autres choses » (traduction libre, p. 52). Franches dans ce contexte doit être compris comme franches contre Barstool parce qu’ils embauchent visiblement des femmes franches qui peuvent amplifier la voix de leur compagnie. 

Barstool a toujours été très honnête sur ce qu’il est et ce qu’il n’est pas. Des hommes qui parlent de clubs de strip-tease dans un podcast de sport est correct. Correct voulant dire qu’en tant que compagnie à but lucratif c’est leur prérogative de choisir leur contenu et d’en profiter. Ce qui rend les choses compliquées est dans quelle mesure ils ont étendu leur portée pour aider à soutenir à la fois la PWHPA et la NWHL.

Les joueuses de hockey féminin se retrouvent dans une position précaire : elles sont considérées plus importantes que la femme moyenne mais sont aussi celles qui veulent représenter un nouveau visage de la culture du hockey. Barstool représente la base du hockey. C’est correct, soyez la base. Mais ne prétendons pas que pénétrer le fandom de la base du hockey représente une forme quelconque de « croissance ». Cela peut générer de nouveaux spectateurs pour le hockey féminin mais ce n’est pas de la croissance pour le sport, c’est du mouvement latéral. Oui, cela pourrait être de la croissance pour le hockey féminin professionnel qui ne peut de façon réaliste qu’augmenter son auditoire. Mais faire grandir le sport veut dire attirer de nouvelles personnes vers le hockey ; cela veut dire inclure toutes les personnes qui ne se sont pas vues/ne se voient pas dans le public de Barstool. Cela veut dire les gens qui non seulement sont des partisans du Black Lives Matter mais sont prêts à le proclamer haut et fort. Si le hockey féminin ne touche que la base alors oui, il y a une quantité limitée d’argent à trouver, et cela a sans doute été un de ses problèmes. Un fan de hockey actuel peut seulement regarder un petit peu plus de hockey et dépenser un petit peu plus d’argent sur des produits, tickets, etc. Un fan complètement nouveau, cependant, est une toute autre affaire : il peut investir dans le sport et assurer sa pérennité pour des années à venir. Le hockey féminin peut décider à ce point-ci s’il veut des fans « nouveaux pour nous » ou des fans légitimement nouveaux. 

Nous savons ce qu’est Barstool. Nous sommes encore en train d’apprendre ce qu’est le hockey féminin et ce qu’il peut devenir.

One thought on “Misogynie 101

  1. Pingback: Misogyny 101 | Hockey in Society / Hockey dans la société

Please read our Comments Policy (in "About" section of the blog) before commenting. Comments will be screened for approval by an Editor before being posted.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s